jeudi, mars 23, 2017

Le coup d’Etat socialiste rampant

Que cela soit à la justice, dans la presse, au CSA, au conseil constitutionnel, tous les organes qui sont censés être des contre-pouvoirs et montrer une certaine impartialité, penchent ouvertement à gauche et, encore plus précisément, pro-Macron.

C’est dégueulasse. Mais ce n’est que la continuité « hard » de ce que les professionnels en communication répètent depuis des décennies : donner aux gens l’impression de choisir quand ils votent, mais, en réalité, les manipuler grâce aux techniques qu’ils vendent très cher pour qu’ils votent comme leurs commanditaires le veulent et non comme c’est leur intérêt. C’est toute la théorie d’Edward Bernays, le fondateur de la propagande politique moderne (wikipedia : Bernays considère qu'une minorité intelligente doit avoir le pouvoir « démocratique » et que la masse populaire doit être modelée pour l'accepter). C’est ce qu’il appelle la fabrique du consentement.

Malheureusement, le résultat de cette politique géniale n’est pas très bon (1), alors les gens votent de plus en plus « mal ».

Alors c’est la panique, il faut recourir à des méthodes de moins en moins douces et de plus en plus voyantes. D’où les affaires en cours.

************
(1) : le résultat n’est pas très bon tout simplement parce que le postulat technocratique de Bernays est faux : la minorité intelligente qui saurait mieux que la foule ce qui est bon pour elle n’existe pas. La classe au pouvoir est une classe comme les autres, qui a ses intérêts de classe, mais qui n’est pas plus intelligente ni presciente (ne rigolez pas : mon affirmation est révolutionnaire. La plupart des gens croient que l’élite éclairée existe. Je suis un vrai démocrate !). Un gouvernement peut, par exception, regrouper des personnalités brillantes, mais c’est temporaire et ne constitue pas une classe. Il y a des gens supérieurement intelligents mais il ne se trouve pas dans une classe précise.

Aucun commentaire: