mercredi, mars 22, 2017

Une étrange défaite de plus

Emmanuel Macron est une baudruche médiatique. Aux yeux de certains électeurs (en gros, ceux qui ont voté Hollande ou Juppé), ce n’est pas un inconvénient mais un avantage : la garantie qu’il ne changera rien de fondamental au système où ils sont confortablement installés.

Et si Emmanuel Macron peut donner à cet immobilisme, criminel pour notre pays, une figure avenante qui console les éventuels scrupules, tant mieux.

Ensuite, ils nous joueront le même sketch hypocrite qu’avec Hollande « Notre bonne foi a été abusée, nous voulions vraiment le changement », mais, à supposer que ce soit vrai (c’est très douteux), ils ont d’autant moins d’excuses que ça sera la deuxième fois. On peut trouver des circonstances atténuantes quand on se fait tromper une fois. Mais la deuxième fois, c’est parce qu’on le veut bien, ou qu’on ment, qu’il n’y a pas eu vraiment tromperie. Et les mêmes seront prêts à voter comme un seul homme en 2022 pour un Hollande-ter, un Macron-bis.

Faut-il désespérer ? Oui, un petit peu : si ce scénario se réalise, la France va encore perdre cinq ans. Mais pas trop : la politique ne changerait pas, les opinions continueraient cependant à mûrir. J’ai longtemps pensé que la « dédiabolisation » de Marine Le Pen était une erreur, un renoncement dommageable à tenir ses positions. En lisant Christophe Guilluy, je m’interroge. Il est clair : les idées de Marine Le Pen sont majoritaires en France, mais la « diabolisation » fonctionne, elle l’empêche d’atteindre la majorité des voix. Cinq ans d’opposition supplémentaires lui donneraient le temps de faire enfin éclater la droite molle et de sortir du piège mitterrandien de la division des droites. Pour y parvenir, elle devrait faire de la place dans son parti pour des ténors de la droite ex-molle. Le FN cesserait d’être une PME familiale, c’est aussi probablement le point le plus difficile : jusqu’à maintenant, ceux qui s’y sont essayés, Mégret et compagnie, ont été expulsés. Et le plafond de verre serait brisé.

Pourtant, le risque, en perdant cinq ans de plus, est énorme, l’histoire risque de nous rattraper plus vite que les opinions mûrissent. J’utilise souvent cette citation de Chantal Delsol :

« L’incapacité d’agir, l’attitude qu’on dit velléitaire ou attentiste, aura les mêmes conséquences pour un peuple que pour un individu, pour un gouvernant que pour un particulier. Si votre enfant ne fait rien à l’école et que par pusillanimité ou par paresse ou par indifférence, vous ne tentez pas de réagir, ce sont les événements qui décideront à votre place : l’enfant sera finalement renvoyé, par exemple. Autrement dit, si vous ne menez pas votre destin, c’est votre destin qui vous mènera par le nez. Il en va de même pour un pays. A force de mettre au pouvoir des gouvernements attentiste et pusillanimes, il se produira je ne sais quelle catastrophe qui viendra pour ainsi dire tout résoudre. »

La France en serait réduite, comme en 1940, à attendre son salut de l’étranger, faute d’avoir su prendre en main son destin.



Nota 1 : je remarque avec un certain amusement que M. Lémarché a choisi son camp : toute indication d’une victoire de Macron fait monter la bourse, une défaite la fait descendre. Mais à part ça, Macron n’est pas le candidat du grand capital de connivence mondialisé.

Nota 2 : deux articles sur les affaires. Mazarin président ! et Scandales.

Aucun commentaire: