samedi, juin 24, 2017

A propos des « citoyens du monde»


 

Vous en avez de la chance d'avoir des amis assez classieux pour être (par auto-désignation) citoyens du monde. Le citoyen du monde est un être sublime. Jugez-en, car ici on nous dit que le citoyen du monde appartient à la communauté des sages :
"L’idée d’une cosmo-politique est si peu évidente que les premières occurrences du thème de la citoyenneté mondiale sont clairement antipolitiques. Il suffit, pour s’en convaincre, de citer la réponse de Diogène le Cynique à la question d’Alexandre lui demandant de quelle cité il était originaire : « Je suis un citoyen du monde (kosmopolitès) ». Cette revendication apparaît comme un défi adressé non seulement à la puissance du conquérant, mais encore aux classifications politiques en usage dans la Grèce antique.
Le cosmopolitisme de Diogène est d’essence individualiste et anarchiste : pour lui, être « citoyen du monde » signifie d’abord n’appartenir à aucune cité, n’être soumis à aucune grandeur d’établissement. De ce point de vue, l’absence d’institution mondiale n’est pas un argument contre le cosmopolitisme, mais au contraire une garantie d’indépendance absolue. C’est parce qu’il échappe à l’institution que le monde constitue un espace adéquat à l’individualisme cynique.
Il n’est pas question de présenter ici une histoire du cosmopolitisme, même à la lumière des critiques que ses partisans ont produites des puissances établies. Il suffit de rappeler que la tradition anti-institutionnelle ouverte par Diogène se retrouvera dans le cosmopolitisme stoïcien dont l’essence est davantage métaphysique ou morale que politique. Quand bien même elle porte le nom de « citoyenneté », l’appartenance de l’homme au monde et à sa loi fonde, pour les stoïciens, un pouvoir de connaître et un devoir d’agir, pas un droit juridiquement opposable aux cités ou à l’Empire.
Certes, le citoyen du monde appartient à une communauté. Mais celle-ci, en tant que communauté des sages, excède toutes les formations institutionnelles susceptibles d’advenir dans l’histoire."


    • Avatar

       

      C'est d'autant plus amusant de vous lire qu'il se trouve que j'ai évoqué justement Diogène auprès de mon interlocuteur... qui n'en avait jamais entendu parler.


        • Avatar

           

          Chez les "citoyens du monde", on trouve ceux qui sont plutôt sérieux dans ce qu'ils avancent et qui ont les moyens de vivre ici ou là, dans un petit milieu extrêmement choisi, sans grand contact avec le population locale. Et puis des tas de gens qui jouent un rôle convenu, et qui n'ont aucun moyen intellectuel, social, économique, de mettre vraiment en application leur indistinct idéal affiché.
          Même si le monde a beaucoup changé, ça m'évoque un peu la fameuse résolution de la Oxford Union en 1933, où, lors d'un débat d'étudiants d'Oxford (huppés), une grosse majorité avait approuvé une motion pacifiste (et à arrière-plan pro-bolchevik) selon laquelle il était hors de question de se battre "pour le roi et pour la patrie".


            • Avatar

               

              Vous avez raison. Les "citoyens du monde" conséquents très peu nombreux et, de toute façon, cela suppose des moyens financiers que n'a pas 1% de la population.
              Les autres "citoyens du monde" sont juste des imbéciles et des salauds qui répudient leurs devoirs envers leur patrie et aussi envers leurs parents (car ils disent "Je suis né dans ce pays par hasard", il est tout aussi logique de dire "Je suis né de ces parents par hasard").
              Là où ce genre d'attitude devient carrément dégueulasse, et l'histoire de l'Oxford Union que vous citez l'a prouvé, c'est que vous ne pouvez vous tripoter la nouille en vous déclarant "citoyen du monde" qu'à l'abri d'une armée, qu'à l'abri du fait que d'autres sont prêts à mourir pour vous défendre. Et, en plus, ces enfoirés sont capables de les récuser sur le mode "Je ne demande à personne de mourir pour moi". Sauf que si on vient les tuer chez eux, ils diront "Que fait l'armée ?".
              Bref, les "citoyens du monde" sont des enculés de première bourre. Ce n'est pas du monde bien.


            Aucun commentaire: