samedi, décembre 09, 2017

Deuxième dimanche de l'Avent

Parole de la semaine – 2e dimanche de l’Avent

Le père Viot, peut-être parce que c'est un protestant converti, n'a pas la mollesse féroce, habituelle au clergé catholique, prompt à se prosterner devant les idoles du moment, à flageller ses ouailles et à cracher sur le trésor intellectuel et spirituel dont il devrait être le gardien zélé. Il est droit.


**********
Voilà on n’a plus le sens du péché, on voudrait bien souvent nous faire croire que Dieu nous aime tellement qu’il aime même nos péchés. Un peu comme si la conversion de la femme de mauvaise vie de l’Evangile consistait à ne plus se prostituer pour de l’argent mais gratuitement au nom de la très sainte charité !

Je pousse loin le bouchon j’en suis conscient, mais il faut choquer aujourd’hui pour faire comprendre que la déchristianisation n’est pas une fatalité mais une conséquence de l’imbécillité, au sens étymologique de ce mot, des clercs bien éloignés du poil de chameau de Jean-Baptiste, de son miel et de ses sauterelles.

Ils parlent comme si, je dis « comme si » car ils n’en ont ni le goût ni les moyens, ils étaient revêtus de manteaux de vison et mangeaient des petits fours dans des endroits chics. C’est à dire qu’ils ont l’esprit d’un christianisme mondain qui veut plaire au plus grand nombre et craint toujours d’avoir raté le dernier métro à la mode.

Aussi pour annoncer ce qui vient derrière eux, il ne faut pas trop y compter, parce qu’ils devraient alors croire qu’il y a plus puissant qu’eux et qu’ils ne sont pas dignes de se courber à ses pieds.

Quant au baptême d’Esprit Saint, notre baptême, la plupart de ceux qui sont chargés de l’administrer en sont à se demander s’il est bien nécessaire de le donner aux tout petits étant entendu que le péché originel est une fable et qu’il faut que les enfants puissent choisir librement !

Ils seront alors tous prêts à subir « le genre » de notre éducation dite nationale, et à subir la transsubstantiation de l’élève en citoyen tant souhaitée par le ministre Peillon qui fut chargé un temps de cette honorable institution, voir son livre prophétique publié en 2008 intitulé « la Révolution française n’est pas terminée ». C’est peut-être le premier tome du saint livre laïc qui servira à la nouvelle religion de la République Française ?
**********













Aucun commentaire: