jeudi, décembre 07, 2017

La colonisation des peuples européens par l'UERSS

La thèse n'est pas nouvelle, voyez Charles Gave :

L’entrepreneur et économiste Charles Gave : « Il faut décoloniser la France de l’État »

Si l'UE ressemble à l'URSS, c'est plus en raison de son caractère impérial que de son matérialisme communisant.

C'est ce que nous raconte David Van Reybrouck, spécialiste de la colonisation :

L'Union européenne a-t-elle colonisé les Européens ?


*************
L'écrivain nous propose ensuite une devinette: qui a prononcé les mots suivants? « Et toutes ces mesures qui sont prises à Bruxelles, loin de nous, sans nous, pour nous, doivent être considérées comme une injustice imposée d'en haut. Nous avons toujours condamné cette manière de faire, il n'y a aucune confiance qui naît de là car elle n'est pas le résultat d'un dialogue ouvert et honnête, sur un pied d'égalité. » La réponse ? S'agit-il de Boris Johnson ou Yanis Varoufakis ? Aucun des deux : c'est Joseph Kasavubu qui parle ainsi en 1958, deux ans avant qu'il ne devienne le premier président du Congo. « L'émancipation sans participation conduit à la frustration. C'est aussi simple que cela. Pouvoir être pris en compte, c'est l'idée qui organise toute la problématique populiste », affirme l'intellectuel belge.

Alors, colonisatrice, l'Union européenne ? « Nous aussi sommes assujettis à une administration invisible qui définit notre destin dans ses moindres détails. Nous avons un organe de représentation, le Parlement européen, qui a plus de pouvoir que les organes d'avis coloniaux de l'époque - le Conseil colonial au Congo ou le Conseil du peuple en Inde -, mais moins que la Commission et le Conseil européen. D'où le déficit démocratique .» Van Reybrouck pointe aussi une autre lacune : avoir conçu une Europe monétaire sans une Europe politique au préalable.

« La vie dans l'Europe de 2017 ressemble de plus en plus à la vie sous administration coloniale. Pourquoi nous étonner que cela conduise à des révoltes ? Le populisme est une tentative brutale pour repolitiser l'espace européen. Gouverner, c'est faire des choix : “Il y a une alternative pour l'austérité”, dit la gauche populiste. “On n'est pas obligé de se soumettre à l'immigration”, dit la droite populiste. Mais le bien-être grâce à l'Union, où est-il ? Nombre de groupes vulnérables se sentent aujourd'hui menacés », conclut l'intellectuel belge.
*************









Aucun commentaire: