samedi, février 02, 2019

Deux France qui se détestent

Je suis effaré de la violence des commentaires (bien entendu, anonymes) sur les sites des journaux contre les Gilets Jaunes. La tonalité est, sans exagération de ma part, « Eborgnez les, c'est bien fait pour leur gueule, ce sont des cons ».

De leur coté, les Gilets jaunes sont moins génocidaires, ceux qu'ils veulent exterminer sont  moins nombreux. Mais ils ne reculeraient devant quelques pendaisons (et, à vrai dire, j'ai du mal à les désapprouver).

Je suis inquiet de ce climat, dont la responsabilité repose sur les gouvernements depuis quarante ans qui ont travaillé méthodiquement à pousser en dehors de la démocratie la France périphérique.

Le gouvernement actuel a une responsabilité particulière par son choix de l'escalade de la violence.

Les Gilets jaunes ont gagné la première manche : on ne peut plus faire comme s'ils n'existaient pas.

Mais ils sont en train de perdre la deuxième manche : Macron les utilise comme prétexte pour pousser toujours plus loin sa dérive tyrannique.

Le plus inquiétant est que cette offensive est généralisée en Occident.



On connaît le bout de cette route : Le meilleur des mondes d'Huxley. Et cela ne me convient pas du tout.

Je ne sais pas comment on en sort. Mais cela n'empêche pas de se battre.

Aucun commentaire: