dimanche, mars 18, 2007

Mai 2007, un "accident démocratique" ?

Sous le terme pudique d' "accident démocratique", JM Apahatie redoute sur son blog une plongée dans l'aventurisme politique. J'ai longtemps redouté qu'il vienne de Ségolène Royal :

Inquiétante Ségolène

Le monologue et la flatterie


Jugeons populairement, pardon, citoyennement

Aujourd'hui, la campagne étant lancée, chacun des quatre principaux candidats m'apparaît également inquiétant ; chacun bien sûr pour des raisons superficiellement différentes mais fondamentalement identiques.

En effet, tous promeuvent des solutions anti-libérales.

Or, le libéralisme présente deux caractéristiques essentielles :

> il s'efforce de considérer les hommes tels qu'ils sont et non tels qu'ils devraient être, il est réaliste ; les libéraux ont même ceci d'irritant qu'ils se lancent souvent dans des explications techniques certes intéressantes mais asseez barbantes.

> ce n'est pas une théorie politique ou économique, c'est une philosophie du droit, qui, en insistant sur la liberté et sur la responsabilité individuelles, protège juridiquement le citoyen.

L'absence dans le débat présidentiel actuel de ces deux éléments, principe de réalité et protection de la liberté individuelle, me semble très lourde de menaces de dérives à la fois fantasmatiques et grégaires.

Que valent ma crainte et mon pronostic ? Rétrospectivement, la pertinence de mon analyse des élections présidentielles est mitigée :

> en 1995, j'avais prévu le score final de J. Chirac à 0.1 % près (cette précision est un coup de chance) alors qu'il était au plus bas des sondages.

> en 2002, j'ai été surpris par l'irruption de Le Pen au deuxième tour.

Aucun commentaire: