lundi, février 25, 2019

L'impasse française, comment en sortons-nous ?

La France est dans une impasse gravissime et de longue durée, qui a commencé en 1983. J'ai déjà fait un billet sur ce sujet.

Comment en sortons nous ?

Quelqu'un (qui ne passera pas à l'acte, vu son grand âge) m'a prétendu qu'il suffisait d'assassiner Emmanuel Macron. Il suit la ligne de raisonnement de Dominique Venner dans L'imprévu dans l'histoire, treize meurtres exemplaires.

S'il suffisait de tuer un homme pour résoudre les problèmes de la France, j'y souscrirais sans hésitation, mais ce n'est pas ainsi que les choses se passent.

Passons sur les difficultés techniques insurmontables de cet attentat. C'est le fond que je désapprouve : Macron n'est pas le créateur du Système, celui-ci ne repose pas sur l'époux de Brizitte, Emmanuel n'en est qu'un produit. L'assassiner ne servira à rien. Le Système le remplacera.

Plus intéressant, je viens de finir le livre de François Delpla sur la prise de pouvoir d'Hitler en janvier 1933.

En 1928, Hitler écarte ceux qui lui proposent un coup d'Etat : il décide de prendre le pouvoir de manière légale (mais pas forcément légitime : il emploie la violence illégale des SA et des SS pour faire monter la tension), à travers des élections.

En 1958, De Gaulle ne fait pas autre chose.

Pourquoi ?

Parce que prendre le pouvoir de manière légale permet d'étouffer la contestation et d'avoir tout le pouvoir. Ensuite, il suffit de grignoter les espaces de liberté, comme fit Hitler en 1933-1934 et comme fait Macron en ce moment.

Alors, premier point : le changement de politique, le vrai, celui qui remet en cause les conneries de 1968, de 1983 et de 1992, doit être légal. C'est le seul moyen d'obtenir les pleins pouvoirs.

Maintenant, comment fait-on ?

On peut prier pour que la classe dirigeante reçoive l'illumination et devienne soudain courageuse, intelligente et patriote. C'est moins crédule de croire au père Noël. La probable, c'est quelle reste ce qu'elle est aujourd'hui : lâche, inculte, idiote et traitresse.

Donc il faut changer de classe dirigeante par des voies légales.

Hé bien, je ne vois pas comment on fait avec un peuple qui conteste chacun des effets de l'Euro et ne veut pas le faire exploser (car l'Euro est bien la pierre de touche de ce changement de classe dirigeante).

Bref, les Français ne sont pas assez désespérés pour accepter de résoudre leurs contradictions.

Attendons qu'ils le soient et préparons nous.


Une excellente analyse de Michel Drac que je partage entièrement :








Aucun commentaire: